linkclubformationsocial-linkedinetude

Au-delà d’un outil de communication permettant aux collaborateurs de prendre conscience de la richesse de leur rémunération globale, le BSI peut tout simplement rappeler qu’une voiture de fonction ou une mutuelle avantageuse participent, si ce n’est à la hausse, au moins au maintien du pouvoir d’achat.

 

 

Bien connu des grandes entreprises, le Bilan Social Individuel (BSI) est pourtant un outil accessible et utile pour toutes les entreprises. Il devrait voir sa côte de popularité s’envoler en 2012. En effet, dans une période de conjoncture difficile, il peut s’avérer utile voire nécessaire de rappeler à ses collaborateurs que la rémunération ne se limite pas à une rémunération fixe et/ou variable : les avantages sociaux, les avantages en nature, l’aide au logement, la formation, ou encore la participation sont autant de leviers qui favorisent de bonnes conditions d’emploi.

 

Quel intérêt pour les entreprises ?

 

Pour les entreprises, le fait de se montrer transparentes quant au package de rémunération globale proposé favorise le dialogue et surtout permet aux collaborateurs de comprendre ce dont ils bénéficient de manière plus lisible que la lecture de la fiche de paie (pas toujours compréhensible). Cela peut même être une façon de désamorcer des situations privées sclérosées ou tout du moins inconfortables. Certaines entreprises ayant mis en place ce dispositif rapportent que cela a favorisé la fidélisation de leurs collaborateurs : grâce à cet outil, ils se sont rendu compte qu’ils étaient finalement mieux payés que ce que leur proposait la concurrence et ont même pu justifier leur envie de rester dans l’entreprise vis-à-vis d’un entourage leur reprochant la « stagnation » de leur salaire.

De plus, ce document peut permettre, notamment lors d’un entretien d’embauche, de challenger la rémunération proposée, surtout dans une période où l’écart entre le salaire actuel et celui du poste offert peut s’avérer moins avantageux qu’en période de croissance.

Du point de vue de la Direction des ressources humaines, le BSI permet d’afficher une réelle politique salariale en enrayant les perceptions faussées sur la réalité de la rémunération globale, grâce à une communication montrant la logique des éléments entre eux versus l’organisation de l’entreprise. Elle permet aussi au DRH d’afficher de la transparence sur les packages auprès des représentants syndicaux et donc de favoriser un débat constructif sur les avantages à développer, comme la formation ou le plan d’épargne entreprise par exemple.

 

Un outil management

 

Enfin, en période de rigueur budgétaire, la remise du BSI devient un acte managérial pour les cadres ayant la responsabilité d’informer leurs équipes sur les résultats des revues salariales, notamment en s’appuyant sur des indicateurs retraçant un historique ou en utilisant des espaces rédactionnels pour des explications pédagogiques.

Certains collaborateurs vont même jusqu’à l’archiver avec leurs bulletins de salaire et capitalisent ainsi leur trajectoire de carrière. Outil RH que s’approprient très rapidement salariés et managers, le BSI a de belles années devant lui !

 

Article complémentaire : http://www.focusrh.com/remuneration/pratiques-salariales/a-la-une/l-irresistible-ascension-du-bilan-social-individuel.html?id_article=4308